Eco-Makala

Transition vers un approvisionnement durable en énergie, tout en protégeant les forêts

Résumé

Terre

Projets avec un impact positif sur la biosphère en général

La province du Nord Kivu, à l’Est de la République Démocratique du Congo, est en proie à la guerre et aux conflits depuis plus de vingt ans. Sa capitale, Goma, a vu arriver de nombreuses familles fuyant les combats et les menaces qui règnent dans les zones rurales.

Aujourd’hui, un million de personnes vivent à Goma et doivent répondre à leurs besoins fondamentaux, dont leurs besoins en matière d’énergie. L’accès à l’électricité et au gaz est difficile et ne sera pas facilité à court terme. 97% de la population dépend du bois et du charbon de bois – le « makala » – comme source d’énergie.

Pour produire ce charbon de bois, il faut des forêts et les seuls forêts accessibles dans la région sont celles qui se situent dans le Parc National des Virunga (PNVi).

Le Parc National des Virunga est une des régions les plus précieuses au monde, à la biodiversité particulièrement riche. La flore et la faune du parc sont uniques et il s’agit du seul lieu connu au monde où trois espèces de primates cohabitent – les gorilles des montagnes, les gorilles des plaines et les chimpanzés – ainsi que de nombreuses autres espèces animales endémiques. Outre le braconnage, la destruction de l’habitat par la déforestation et la dégradation des forêts constitue également une grande menace pour la biodiversité.

En 2007, 80% du makala vendu à Goma provenaient du parc. 

Avec l’aide de l’Union européenne, le WWF a lancé en 2007 le projet en réponse à ces problèmes, et plus particulièrement dans le but de garantir l’approvisionnement en bois de chauffage à la population de Goma. 

L’objectif est de fournir de l’Éco-makala en plantant des arbres à croissance rapide sur de petites parcelles autour du parc et ainsi réduire la pression de la déforestation. 

Impacts positifs du projet

Reforestation 

Das le but de répondre aux besoins en bois de chauffage de la population de Goma, sans sacrifier le Parc National des Virunga, le projet vise à planter des essences de bois à croissance rapide sur les parcelles dégradées de petits paysans, permettant la production de charbon de bois ‘Éco-makala’. Depuis 2009, quelque 3.350 ha ont été reboisés à l’aide d’essences à croissance rapide, lesquelles ont déjà séquestré environ 179,414 tCO2e.

Impact environnemental

Réduire la pression sur le parc est également une étape importante vers la protection et la préservation de ce lieu unique au monde, abritant de nombreuses espèces végétales et animales, rares et endémiques, et offrant de nombreux services environnementaux à la région, tels que la régulation du climat et la prévention de l’érosion des sols. Les parcelles reboisées jouent un rôle de filtre dans le cycle de l’eau et favorisent la percolation de l’eau dans le sol. 

Amélioration des conditions de vie 

Outre le rôle climatique et l’impact positif sur l’environnement, ce projet génère également de nombreux avantages indirects. Les paysans génèrent des revenus grâce à la vente de l’Éco-makala, de nouveaux emplois sont créés et les femmes sont responsabilisées en étant impliquées dans les pépinières et les organisations locales chargées de gérer le projet. 

Partenaires

Quelle est votre adresse email?
Aidez-nous à personnaliser notre communication